Ils l'ont dit : Les Noisers parlent du NOISE

« Du haut de nos 20 ans, on peut changer ce fameux monde en crise. On sait cultiver l’imaginaire de la nouvelle génération bienveillante. On sait s’inspirer, on sait s’émouvoir, on sait être idéaliste, on ose rêver à nouveau. On s’affranchit du défaitisme ambiant et d’un cynisme vu et revu. On rêve pour pouvoir repenser le monde : prendre ce qu’il y a de bien et innover là où il y a un manque, une gêne, quelque chose qui nous dérange.La vraie création de valeur n’est pas dans la création d’un imaginaire sinon nous ne serions que de beaux parleurs. La vraie création de valeur est dans la transformation de cet imaginaire en impact réel sur le monde. On agit, on prototype, on s’amuse, on fait, on essaie, on construit, on améliore, on rencontre, on prend confiance, on questionne. On interroge ce qui nous dérange et on en fait nos terrains de jeux. L’école, l’entrepreneuriat, la consommation, le voyage, les média et tant d’autres. Que de sujets que nous avons étudiés, que de modèles que nous avons remis en question. Nous avons trouvé de nouvelles manières de faire, de penser, de travailler. Et ça nous plait. On est heureux dans ce qu’on fait. On promet une chose au NOISE c’est de croire en ce rêve pour trouver du sens dans sa vie. Et 4 ans après avoir suivi dans l’aventure cette folle à la fleur rouge un après midi de septembre 2011 au forum des asso, je le dis, je le scande, je le crie : le NOISE, ça change (avant tout) notre vie! » Pierre-Alexis

*

*

« Le NOISE c’est avant tout un énorme coup de pied au cul. C’est ce qui te motive pour te lever le matin, même quand t’as pas la forme. C’est ce qui te sort de ta zone de confort et te pousse toujours plus loin. C’est cette petite voix qui te chuchote à l’oreille « tu penses que tu ne sais rien faire ? Demande au garçon de 12 ans qui a inventé un moyen de transformer l’air en eau ! » C’est cette claque qui te remet sur le droit chemin à chaque fois que tu baisses les bras et que tu restes passif face à des trucs qui te gênent. C’est ce qui te pousse à te remettre en question en permanence et donne du sens à tes actions. C’est ce grand livre ouvert sur le monde qui te fait découvrir des milliards d’initiatives toutes plus folles les unes que les autres. C’est ce qui fait que tu peux poser sur la photo de classe des Avengers parce que oui toi aussi t’es un super-héros ! Ce sont des individus menés par les mêmes aspirations, les mêmes idéaux et le même raz-le-bol du marasme actuel. Mais je dirais que le NOISE c’est avant tout une grande famille. Ce sont des gens incroyables qui te motivent, te challengent et te filent la patate au quotidien. Ce sont les meilleurs amis que tu auras jamais et que tu as envie de garder pour la vie. Bref le NOISE c’est toi, c’est moi et c’est bientôt le monde entier, le tout est de lui en faire prendre conscience. Challenge Accepted ! » Mathieu

*

*

« Le NOISE c’est un mouvement, un état d’esprit qui fait prendre conscience aux étudiants qu’ils peuvent être ENTREPRENANTS et faire bouger les lignes s’ils le souhaitent. Le NOISE c’est aussi une asso étudiante qui fait découvrir des initiatives innovantes et positives aux étudiants et les incite à y prendre part. En gros le NOISE ça nous fait ouvrir les yeux, ça fait qu’on sait qu’on peut se bouger les fesses et à la fin ça fait qu’on se bouge les fesses. » Selva

*

*

« Le NOISE c’est un parachutage dans l’action et le concret. Quelque soit nos compétences et nos sensibilités, c’est l’asso qui nous fait trouver les 1000 occasions qui nous donnent VRAIMENT envie de nous bouger. L’asso qui nous fait aussi simplement découvrir les 1000 projets qui nous rendent optimistes chaque jour et nous donnent de l’ambition pour nous aussi devenir un jour ces gens passionnés et qui croient en ce qu’ils font. Et ce ne sont clairement pas les cours qui nous permettent ce concret et cet optimisme. » Isadora

*

*

« Pour moi le NOISE c’est le grand sourire quand tu apprends qu’il y a des gens ouf partout dans le monde qui font des projets et des découvertes incroyables pour améliorer la vie des gens, et que nous, tout petits tout simples tout jeunes, on peut faire partie de ces projets de dingues et y contribuer à notre échelle. » Raphaëlle

*

*

« Je dirais que c’est une asso (mais le Noise c’est bien plus qu’une asso en fait) qui m’a permis de réaliser que je n’étais pas seul à me questionner sur la façon dont nos sociétés fonctionnent, et m’a permis de découvrir que des gens incroyables se bougent pour changer les choses. Grâce au Noise je me suis libéré de la pression sociale pour envisager sereinement mon avenir pour plus tard, moi aussi et à mon modeste niveau, changer le monde. J’aurais mille autres trucs à dire mais apprendre que l’on est pas juste une lone nut, ça fait VRAIMENT du bien. » Paul E.

*

*

« Pour moi le Noise c’est d’abord une idée, un vent de changement qu’on veut faire souffler sur le monde. Cette association a permis de rassembler des personnes qui ont toutes eu à un moment le sentiment qu’il y a quelque chose de mieux à faire sans avoir l’opportunité de passer à l’acte.  Et le Noise du coup c’est ce passage à l’acte à travers tout ce qu’il propose, c’est un plongeon dans le grand bain. Une manière de se forger non plus à travers des idées mais à travers des actions. C’est une fenêtre qui ouvre sur de multiples possibilités et c’est ça qui est grand. » Léopold

*

*

« Parce que le NOISE ça permet de partir d’une idée folle, qui nous est tous passée par la tête, de changer le monde, notre monde, et d’arriver à des idées concrètes, des propositions, des inspirations. Le NOISE c’est cette association qui te permet d’accompagner des entrepreneurs sociaux de profils totalement différents, de t’inspirer d’eux tout en les aidant en même temps. Le NOISE c’est aussi des réponses concrètes données sur des thématiques particulières comme l’éducation. Le NOISE peut être perçu comme un complément d’un enseignement toujours plus théorique, et qui finalement donne une sensation de détachement, de déconnection du monde réel. Le NOISE c’est cette association qui permet de mêler la fibre entrepreneurial tout en favorisant un lien social qui tendrait à disparaitre dans nos sociétés démocratiques (hein Tocqueville) dû à l’individualisation croissante et au bien être du goût matériel (en tout cas c’est ce que dit Tocqueville !) Le NOISE c’est une association dynamique et non statique, portée par la philosophie du CIY, chaque Noiser est un acteur de son association, il est force de propositions. Le NOISE est fondamentalement lié aux nouveautés, de part son attachement à l’innovation sociale et au développement durable. Elle te fait découvrir l’économie collaborative, quand en cours la dernière innovation en terme d’organisation du travail est le Toyotisme (début des années 60) et qu’on nous saoule avec le Taylorisme… » François-Xavier

*

*

« Le NOISE c’est proposer concrètement aux étudiants des moyens d’agir à leur niveau. Permettre le passage à l’action de tous ceux qui croient aux valeurs de partage, de solidarité, mais qui ne savent pas toujours comment mettre en pratique cette sensibilité. C’est souvent un échappatoire face a des programmes qui n’ont pas pris la mesure du changement qui est train de se produire et qui continuent à véhiculer une idéologie productiviste, consumériste. Qui croient nous faire rêver en nous parlant de rémunérations des actionnaires, de stock-options et de produits dérivés. Le NOISE c’est des étudiants qui prennent conscience de leur puissance d’agir et qui décident de la mettre au service du changement. C’est aussi un mélange d’étudiants avec des visions du monde, des opinions politiques différentes mais qui s’associent au tour d’une même envie de prendre une part active a la révolution en cours. » Paul M.

*

*

« Le NOISE c’est une association dont les membres ont soif de concilier valeurs humanistes et actions concrètes. Le NOISE est là pour prouver que les gens qui veulent améliorer les choses ne sont pas (que) des doux rêveurs, mais aussi des pragmatistes visionnaires. Notre enjeu est d’apporter des solutions concrètes et locales là où nous sommes, face à des problèmes sociaux, environnementaux ou économiques que la main invisible du marché ne parvient pas à réguler. Bref, nous voulons changer les choses à notre échelle, entre idéalisme et pragmatisme (en relisant ça fait un peu générique mais c’est tout de même très sincère )! » Clémence